C'est que du politique

13 juin 2019

Brexit, pas tout de suite

Encore un faux départ. Dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 avril, les dirigeants des 27 pays de l'Union européenne ont accordé un nouveau sursis à Theresa May, empêchant une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'UE le 12 avril. Le 21 mars, ses homologues avaient déjà décidé d'un report du Brexit, initialement prévu huit jours plus tard. Cette fois, tous l'assurent : le Royaume-Uni ne pourra pas demander d'extension au-delà du 31 octobre, nouvelle date officielle du divorce. Theresa May plaidait pour une extension jusqu'au 30 juin, idéale pour tenter de convaincre à nouveau les députés britanniques de valider son accord puis de le ratifier avant la première session du nouveau Parlement européen, le 2 juillet. Elle a finalement obtenu un report plus long, mais assorti de la garantie de pouvoir sortir de l'UE prématurément si possible. Bref, une belle victoire pour une Première ministre qui arrivait pourtant à Bruxelles sans cartes en main. Une prestation "solide" Theresa May part de loin. Face aux dirigeants européens, la Première ministre britannique avait complètement manqué son dernier grand oral bruxellois, le 21 mars. Alors que l'UE martelait qu'aucune extension n'était possible au-delà des élections européennes de fin mai, Theresa May était restée arc-boutée sur une extension jusqu'au 30 juin, convaincue qu'elle pourrait grappiller de précieuses semaines tout en échappant à l'organisation du scrutin européen. Interrogée par les 27, elle n'avait pas su convaincre ses homologues de son plan. Dès le lendemain, l'AFP avait raconté comment Theresa May avait certes gagné une extension, mais perdu le respect de ses homologues. Dans les comptes-rendus de la presse, elle était décrite comme incapable d'argumenter, "vague" et "peu loquace". Ses homologues, eux, étaient "exaspérés". "La classe politique britannique est incapable de faire ce que le peuple lui a demandé", s'était même agacé Emmanuel Macron, tandis que Jean-Claude Juncker apparaissait "au bout du rouleau", selon une source proche du président de la Commission européenne à l'AFP. Après cet échec cuisant, une Theresa May remontée à bloc pousse de nouveau les portes de la Commission, mercredi 10 avril. Cette fois, son plaidoyer pour une extension dure une heure. Parmi ceux qui y assistent, certains décrivent une Première ministre "bien plus solide que d'habitude, quand bien même elle n'entre pas assez dans les détails". Des dirigeants résignés Ces nouvelles discussions à Bruxelles se sont déroulées dans une ambiance de faux suspense. Plusieurs jours avant le sommet, le gouvernement britannique avait fait savoir que tout était mis en œuvre pour que le pays organise des élections européennes. Cette annonce traduisait un assouplissement de la position de Londres, qui ne fermait plus la porte à une extension longue. A Bruxelles, où l'on craignait que les tergiversations outre-Manche ne paralysent les institutions européennes, cette garantie avait apaisé les esprits. Quand Theresa May prend la parole mercredi, elle sait que sa proposition d'un report au 30 juin sera rejetée. La veille, elle en a discuté en tête-à-tête avec Angela Merkel à Berlin, puis avec Emmanuel Macron à Paris. Avec la première, elle plaisante même un instant, en lui montrant un photomontage moquant la ressemblance entre leurs deux tenues : un tailleur d'un bleu presque "européen". Theresa May sait aussi que l'UE ne veut pas non plus prendre le risque de voir le Royaume-Uni quitter l'Union sans "deal". Après avoir recueilli de nombreux témoignages provenant de la Commission européenne, le quotidien belge Le Soir écrit d'ailleurs que "le report [du Brexit] est inévitable, car aucun dirigeant n’aura la volonté ou le courage, voire les deux, de refuser une extension et par là de précipiter le Royaume-Uni, et un peu aussi l’UE, dans une sortie chaotique…" Pour le Guardian (en anglais), les chefs d'Etat et de gouvernement sont "mentalement préparés à une longue extension pouvant aller jusqu'à un an, avec une option pour permettre au Royaume-Uni de quitter l'Union dès que l'accord sera ratifié [par le Parlement britannique]". Emmanuel Macron dans le rôle du "méchant" Selon le quotidien britannique, la cheffe du gouvernement a bénéficié de la relative bienveillance de ses homologues. Ainsi, ce n'est pas Theresa May qui "a causé le plus d'irritation cette nuit. C'est Emmanuel Macron qui a frustré l'assemblée avec son refus de se satisfaire d'une extension longue que la plupart des dirigeants étaient prêts à accepter", écrit le Guardian. Quand il prend la parole, le président français déclare aussitôt que les arguments de Theresa May ne l'ont pas convaincu. L'Allemagne, les pays baltes, la Pologne, la Hongrie, le Portugal, les Pays-Bas, la Grèce… "Les uns après les autres, les dirigeants prennent la parole pour dire qu'ils ne voient pas de problème à accorder un report long", isolant Emmanuel Macron, décrit encore le quotidien britannique. Selon un diplomate cité par le Guardian, Jean-Claude Juncker a lancé, exaspéré : "Voilà que nous réglons les problèmes intérieurs de la France !" Après minuit, les 27 ont réussi à s'accorder, en coupant la poire en deux : une extension "moyenne". Lors de sa conférence de presse, jeudi matin, Theresa May l'a assuré : "Les choix auxquels nous faisons face sont simples et le calendrier est clair (…) Nous, au Royaume-Uni, devons tous travailler à avancer au Parlement pour ratifier l'accord de retrait." Où comment la dirigeante a fait douter, hésiter et changer d'avis l'Europe entière, sans jamais revoir sa position.

Posté par cpolitique à 08:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 avril 2019

Des hobbies qui coutent chers

De nombreux loisirs peuvent sembler agréables, mais une fois que vous commencez à les pratiquer régulièrement, vous apprenez rapidement à quel point ces loisirs peuvent être coûteux. En fait, tout passe-temps peut épuiser votre compte bancaire, surtout si vous ne faites preuve d'aucune retenue pour en profiter. Certains, cependant, ont tendance à se prêter plus à des dépenses qu'à d'autres. Voici quelques loisirs coûteux qui, même s'ils peuvent être tout à fait agréables, vont certainement mettre votre budget à rude épreuve si vous ne faites pas attention à combien vous dépensez. L'un des loisirs les plus chers auxquels vous pouvez vous intéresser est la collecte de trains miniatures. Ce n'est pas nécessairement que cela va coûter cher en soi, mais le problème est que beaucoup de gens qui collectionnent des trains miniatures ne se sont pas montrés réticents à acheter ces articles. En fait, vous constaterez peut-être que non seulement vous dépensez de l'argent sur les produits eux-mêmes, mais que vous dépensez de l'argent pour vous rendre dans des régions où ces produits peuvent être achetés. Bien sûr, vous pouvez toujours profiter de votre passe-temps en ramassant quelques pièces ici et là sur eBay ou peut-être en trouver dans votre région, mais plus que probablement, vous verrez que vous dépensez de plus en plus sur ce passe-temps . Le golf est aussi un temps passé que, bien que ce ne soit pas le passe-temps le plus cher qu'il soit, il peut être assez coûteux quand vous finissez vraiment par y arriver. La dépense est non seulement constatée lors de l'achat de parties de golf, mais également au détriment de l'équipement et de toute la formation nécessaire. Comme vous continuez à en apprendre davantage sur le golf, vous constaterez que votre plaisir du sport dépend souvent de votre capacité à mieux jouer. Cela signifierait un meilleur ensemble de bâtons de golf, des balles de golf plus chères et des frais d'entraînement et d'équipement, ainsi que pour l'entraînement personnel. Si vous voulez vraiment parler d'un passe-temps coûteux, nous allons discuter du vol. Le vol est quelque chose que beaucoup de gens trouvent très agréable, alors cela peut certainement être un passe-temps récréatif. Le problème est qu'il ne suffit pas que la plupart des gens volent à l'occasion, qu'ils doivent posséder un avion et toutes les dépenses qui y sont associées. Cependant, il existe des moyens de surmonter ce problème, par exemple par le biais de la propriété d'avions fractionnés ou de services de location d'avions. Ce sont des choses qui doivent être examinées à l'avance, car vous voudrez prendre en considération les avantages et les inconvénients de voler avec une propriété partielle ou de louer un avion. Bien que nous ayons seulement abordé quelques-uns des loisirs les plus coûteux, ils peuvent vraiment mettre un frein au portefeuille si vous ne faites pas attention. Bien sûr, tout passe-temps peut être coûteux s'il n'est pas apprécié avec modération. Gardez cela à l'esprit, et vous pourrez profiter d'un passe-temps sans y mettre tout votre argent.

Posté par cpolitique à 14:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2019

Mon saut dans le vide

La gravité existe bel et bien. Je peux le confirmer puisque je l'ai expérimentée de près la semaine dernière. Samedi dernier, j'ai en effet réalisé un baptême de l'air en parachute ! Le genre de rêve foncièrement fou dont on rêve souvent sans jamais oser se lancer. Il faut reconnaître que le principe même est un peu absurde : se jeter dans le vide depuis un appareil qui se trouve à 4000 mètres de hauteur ? Il faut avoir une case en moins pour vouloir le faire, et encore une autre en moins pour apprécier l'expérience. J'ai donc deux cases en moins ! Ca s'est passé au minuscule aéroclub de Maubeuge. A mon arrivé, on m'a mis d'emblée dans l'ambiance, puisque l'on m'a fait signer plusieurs décharges proclamant que ni moi ni ma famille ne pourrions poursuivre l'école en cas de problème. Puis, après un petit briefing, je suis aller enfiler mon harnais et mes lunettes de saut. Et hop, on est partis à bord d'un petit Pilatus. Nous étions à six dans un espace à peine plus grand que mes toilettes. Mais nous n'étions pas là pour le confort, après tout. Une petite demi-heure plus tard, on y était. Un des organisateurs a donné les dernières instructions et un autre a ouvert la porte. L'air chaud est entré dans la cabine. Le premier tandem a sauté dans le vide, puis un second, puis un troisième. J'ai regardé, le coeur battant la chamade, la file d'attente diminuer. Puis ça a été mon tour. Face au vide, j'ai fait une prière puis me suis mis en position. Et on est tombés. Durant les premières secondes, ça a été de la folie, trop extrême à mon goût. On tournoyait en tous sens, à tel point qu'il était impossible de déterminer si on avait la tête en haut ou en bas. Le choc. Puis on s'est stabilisés et à partir de là, ça a été du bonheur à l'état pur. Un grand sourire aux lèvres, j'ai jeté un coup d'oeil au caméraman qui avait sauté à notre suite et je lui ai fait un signe. On chutait à 200 km/h et le vent me fouettait le visage. Cinquante-cinq secondes de pure extase. J'ai vécu un paquet d'expériences originales au cours de ma vie, mais aucune n'était proche de ce saut. Si vous n'êtes pas du genre cardiaque, je n'ai qu'un seul conseil : ne perdez pas un instant ! Je vous mets en lien site où j'ai trouvé mon saut. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce de saut en parachute à Revel.

parachute2 (2)

Posté par cpolitique à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2019

Le doigt sur la couture

Les Français doivent « y participer activement et faire entendre leur voix » ! Et en même temps, Marine Le Pen a publié sur Twitter un drapeau de l’Union Européenne sur fond jaune, en référence au mouvement des « Gilets Jaunes ». « L’Europe des peuples a maintenant son étendard ». Les douze étoiles sont bleues, sur fond jaune, pour rappeler le mouvement populaire des « Gilets Jaunes ». « Arrestations arbitraires d’opposants, démocratie confisquée : les mondialistes écrasent les citoyens ! Charles Platiau : « L’ex-socialiste (dura L’ex sed L’ex : La loi LREM est dure, mais c’est la loi LREM) de la ruralité de Saône-et-Loire Griveaux charge l’opposition à LREM en vue des européennes. La profession de foi de Blaise (à l’aise) estime que Mélenchon, Le Pen, Wauquiez et Faure sont des faussaires de la politique ! Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter. Trois ans plus tard, ce jeune socialiste prendra à son tour la mairie de Lorient, toujours parrainé par Yves Allainmat. Le Drian n’est alors pas membre de la franc-maçonnerie. Si le principal intéressé n’a jamais voulu s’exprimer publiquement sur la question, il apparaît qu’il serait entré au Grand Orient lorientais, via Yves Allainmat, en 1982. Soit plusieurs mois après son accession à l’hôtel de ville ». Dans ce numéro du Mensuel du Morbihan, on apprend également qu’à Vannes on trouve plus de sept obédiences, dont le Grand Orient. Près de 350 francs-maçons fréquentent le Temple unique, situé à Saint-Avé. A Lorient, sept obédiences également, dont le Grand Orient. De deux loges et 120 frères dans les années 1960, la franc-maçonnerie lorientaise compte au moins douze loges aujourd’hui, pour environ 350 membres, répartis dans trois temples différents. Tout cela est bien gentil mais il serait très utile de connaître l’identité des membres de ces loges - comme l’exige la transparence de notre société moderne. Ainsi beaucoup de choses s’éclaireraient : telle décision de justice, tel arrangement électoral, telle attribution de marché public, telle remise de Légion d’honneur, telle combine entre députés et sénateurs… On veut des noms ! La force des francs-maçons : leur capacité à fonctionner en réseau au-delà de leur appartenance politique. Un exemple : Paul Anselin, homme « de droite » et ancien maire de Ploërmel appartenant à la Grande Loge nationale de France, accomplit des missions pour Charles Hernu et Jean-Yves Le Drian. Tous deux ministres de la Défense nationale et hommes « de gauche ». Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a, ce dimanche dans Le Parisien, remis une couche de cette justification philosophique. Cette citation est un lieu commun de la pensée libérale. Elle déclare que si un homme a faim, il lui est plus utile de lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson. Citer Confucius n’est pas anodin. Le penseur chinois n’est pas qu’une aimable référence d’une « philosophie orientale » à la mode, c’est le pilier du conservatisme de la Chine impériale. C’est une pensée du respect des hiérarchies et de l’ordre. Or, rien n’est plus contestable, en vérité. Apprendre à pêcher, est-ce vraiment la solution contre la faim ? En réalité, si « l’homme pauvre » a faim, ce n’est pas parce qu’il ne sait pas pêcher, c’est parce qu’on a rendu son savoir de pêcheur inutile. Et qu’il ne peut plus vivre de l’activité qu’on lui propose. Pendant trente ans, ceux qui se sont repus de dépenses fiscales et d’avantages fiscaux, ceux qui ont exfiltré leur richesse à l’étranger, ceux qui ont délocalisé, ont détruit des savoirs-faire et n’ont pas investi dans la population française. Et puis ils se tournent maintenant vers le pauvre en le jugeant responsable et en lui faisant la leçon. Le chef de l’Etat a répondu en bloc, rappelant sa mesure-phare, le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés et s’élevant contre « la morphine » des dépenses publiques qui ne corrige pas les problèmes. En revanche il a esquissé un mea culpa sur la suppression des emplois aidés, en reconnaissant que cette mesure avait posé « un vrai problème pour beaucoup d’associations et de villes ». Pour en atténuer les effets, il a annoncé vouloir lancer « un grand plan pour les petites associations » afin de « booster » le tissu associatif, une demande qui selon lui ressort du grand débat. Il s’est ainsi dit prêt à envisager des « emplois francs associatifs », sur le modèle des emplois francs pour le secteur privé, un dispositif d’aide aux entreprises qui recrutent des résidents des quartiers défavorisés. Il a aussi dit vouloir accorder aux petites associations des subventions pluriannuelles, une demande récurrente du secteur associatif. Vers un référendum ? Comme lors des débats précédents, le chef de l’Etat a rapidement laissé tomber la veste dans la salle surchauffée. Sur la finalité du grand débat, il a concédé qu’il « y a des choses qu’on n’avait pas suffisamment vues. » « Si on avait tout bien fait, sincèrement il n’y aurait pas eu cette crise. Et je parle pour nous tous collectivement depuis des décennies. Donc il faut avoir beaucoup d’humilité dans ces moments-là », a-t-il ajouté. Avant l’Essonne, Emmanuel Macron a commencé à recevoir lundi matin les responsables des partis afin d’élaborer une issue à la crise des « gilets jaunes », y compris par un référendum, une hypothèse vivement débattue. Le Journal du dimanche affirme que le président de la République serait tenté de convoquer un tel référendum dès le 26 mai, jour des élections européennes.

Posté par cpolitique à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2018

Quand on a peur de l'hélico ou de l'avion

Bien que certaines personnes croient que la peur de prendre l’avion ne soit pas un problème pour la vie des personnes qui en souffrent, elles ont terriblement tort. Même si une personne a appris à se débrouiller avec sa peur de voler pendant de nombreuses années, vous ne pouvez jamais dire quand et où elle sera forcée de prendre l'avion. Avoir peur de prendre l'avion peut affecter sérieusement votre façon de vivre et les choses que vous êtes capable d'accomplir. Même si vous pouvez vous rendre dans de nombreux endroits en voiture, qu'en est-il des moments où il est absolument important de voler en raison de contraintes de temps? Par exemple, si un de vos proches décède, vous devrez peut-être voler de l'autre côté du pays ou du monde pour vous rendre à temps aux funérailles. Étant donné que le décès d'un être cher est un événement traumatisant en soi, vous ne voulez pas l'aggraver en ajoutant que vous avez peur de prendre l'avion. Il sera également presque impossible pour vous de voyager n'importe où dans le monde en dehors du continent dans lequel vous vivez, simplement à cause de votre peur de voler. N'aimeriez-vous pas parcourir le monde et découvrir les mystères et les réalisations les plus étonnants de l'humanité? Si vous avez répondu oui ou même y avez pensé un instant, comment allez-vous y parvenir si vous avez peur de voler? Avoir peur de voler n’est pas une question de rire et c’est quelque chose que vous devez prendre au sérieux. Vous n'avez que trop de temps à passer sur cette terre et vous devriez vouloir pouvoir en tirer le meilleur parti, du moins avec ce qui vous convient. Et croyez-le ou non, voler est dans vos capacités. Heureusement pour vous, il existe de nombreux traitements qui peuvent vous aider à surmonter votre peur de voler. Le temps que vous devrez consacrer à un tel traitement dépendra de la gravité de votre peur. Plus votre peur est intense, plus vous aurez besoin de temps pour résoudre vos problèmes. C’est quelque chose qui vaut certainement le temps et les efforts consacrés au traitement de votre peur de voler. Vous voudriez certainement traiter d'autres choses qui vous dérangent, pourquoi pas la peur de prendre l'avion et de voler quelque part? En poursuivant votre traitement et en continuant de croire en vous, vous remarquerez que vous avez de moins en moins peur de prendre l'avion. Avant de vous en rendre compte, vous serez dans un avion avec vos bagages emballés et prêts à prendre les vacances de votre vie. Vous avez déjà mis votre vie en attente assez longtemps. Le moment est venu d'agir et de faire quelque chose à propos de votre peur de voler afin de pouvoir vivre votre vie au mieux de vos capacités. Pour vous épargner des heures de recherche frustrante, permettez-moi de vous indiquer quelque chose qui a aidé des centaines de personnes à guérir leur peur de voler en moins de 18 minutes! A lire sur le site internet de ce de vol en hélicoptère.

Posté par cpolitique à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 novembre 2018

Valoriser l’argent

Alors que je conduisais, mon banquier m'a dit que l'argent de la vente de RealTruck® avait été connecté à mon compte et j'étais officiellement multimillionnaire. Il était putain surréaliste. Il y avait une partie de moi qui voulait juste crier et crier, tandis que l'autre une partie était calme et choquée. J'étais stupéfait, humble, triste et heureux à la fois. Il Ce n’était pas vraiment le genre d’expérience que vous pouviez appeler quelqu'un et lui dire: mec, je suis un millionnaire à 8 chiffres… incroyable. »J'ai pensé à ma grand-mère; elle le ferait ont été si fiers. Je pensais à ma mère, à quel point elle travaillait et sacrifiait pour moi. Je pensais à ma famille et espérais ne pas avoir à nous inquiéter encore de l'argent. J'avais parcouru un long chemin depuis la petite caravane dans laquelle j'ai grandi avec ma mère célibataire, qui a travaillé comme serveuse pour nous soutenir. Cependant, mes pensées ne concernaient pas aller à Disneyland; Je voulais acheter une voiture à ma mère. Il était temps pour elle 2008 Dodge Avenger pour être mis à niveau. Je savais que sa couleur préférée pour une voiture était rouge, donc en la commande courte j'ai pris des dispositions pour obtenir une Cadillac SRX rouge, mettre un grand arc dessus, demandé à ma mère de déjeuner, et sur le chemin du retour fait un arrêt chez le concessionnaire. Maman a pleuré et je me suis sentie comme une rockstar donnant une voiture à sa mère. Comme une bonne maman, elle pensait que la voiture était mieux que ce dont elle avait besoin et elle était un peu inquiète si je pourrait se le permettre ou non. Ce fut un moment dans lequel je sentais que je pouvais rendre un peu à ma maman et lui rendre la vie un peu plus facile. Elle était si fière. Cela a apporté beaucoup de joie à mon coeur. Je pensais avec une certaine satisfaction que la société que j'avais créée dans mon sous-sol, en route pour cent millions de dollars de ventes, était entre de très bonnes mains. Un de les raisons pour lesquelles j'ai décidé de vendre l'entreprise étaient que je sentais que RealTruck avait besoin d'un nouveau chef pour le prendre au prochain niveau. Gérer une entreprise de 100 millions de dollars n’est pas la même chose que courir un 10 millions de dollars. Je voulais le mettre entre de bonnes mains pour le garder sur sa mission de «fabriquer des véhicules et de mieux vivre» pendant des années venir. Je me sentais comme nous prouvé qu’en dirigeant l’entreprise sur la base de nos principes directeurs, qui créé une très bonne culture de travail dans laquelle tout était possible. Un bon travail culture, guidée par des principes, avait clairement un impact positif sur les employés, clients, partenaires et, bien sûr, les résultats. Comment sommes-nous arrivés là? Quand nous étions à environ 6 millions de ventes, nous parions sur Culture. Et il s’est avéré que c’était le genre de changeur de jeu basé sur les ondes de marée. Cette était la magie. Nous avons complètement échoué lors de notre premier essai pour intégrer des principes à notre culture. ture et a réussi notre deuxième tentative plus engagée. Se concentrer et notre culture de travail chez RealTruck a créé la passion et le but de Real- Truck doit devenir une icône de la façon dont les entreprises doivent traiter les clients, les partenaires et employés. Le marketing e-commerce durable n’est pas simplement un site Web brillant et des publicités astucieuses. Ce sont des idées, des attitudes et des actions qui profitent au client, au personnel et aux entreprise de la marque les partenaires. Un «mode de vie» stratégique qui, lorsqu'il est correctement exécuté, crée des clients à vie, des employés évangéliques, des partenaires utiles et, oui, certains profit pour démarrer. Pourquoi avons-nous tout parié sur la culture? Quand mon ami de longue date Jeff Vanlaningham est venu travailler pour moi, il m'a demandé pourquoi RealTruck existe? Ce qui le rend différent Des 200 autres entreprises qui vendent des accessoires de ramassage en ligne? Pourquoi RealTruck? Je ne pouvais pas répondre à la question. Cela m'a vraiment rendu perplexe. Quand Jeff et J'étais colocataire au collège, nous avons réfléchi à plusieurs choses, comment le monde devrait être et ce que nous voulions faire, à ce que nous voulions vivre et ce que traits de caractère que nous pensions importants pour nous. Une grande chose sur ma liste était «de être utile. »Je voulais être utile, de préférence dans le bon sens. Alors j'ai demandé, comment est Real- Camion utile? Les réponses étaient peut-être décentes pour certains, mais étaient malheureusement jolies mince pour moi personnellement.

Posté par cpolitique à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2018

Les missiles des avions de chasse

Généralement 2, un sur chaque rampe de lancement de l'aile. Cependant, des nacelles de lanceurs de missiles peuvent être ajoutées pour des missions spéciales, ce qui rend le nombre total beaucoup plus important. La charge de missile de base sur le F / A-18 est de 4, deux latéraux de recherche de chaleur sur les rails de lancement de l'aile et deux moineaux guidés par radar sur les rails de lancement du fuselage. Réponse: Très peu de combattants sont limités à deux missiles de nos jours (même si, dans les années 50, la charge maximale était très élevée). Cela dépend de l'aéronef particulier, par exemple: charge habituelle F-4 Phantom - 4 Sparrow guidés par radar + 4 Sidewinder Su 27 à recherche de chaleur - jusqu'à 12 dans un mélange de guidage radar et de recherche de chaleur (et la possibilité de guidage). 60 personnes ont trouvé cela utile Combien de pièces dans un avion de chasse? Il y a plusieurs milliers de pièces dans un avion de chasse moderne. Partager sur: Combien de missiles un avion de chasse a-t-il? généralement 1 à 10 Partager sur: Combien d'avions de combat le Brésil possède-t-il? Ce sont l'un des secrets de l'armée de n'importe quel pays. Habituellement c'est impossible à savoir. Si vous devenez le président du Brésil, vous pouvez le savoir. Partager sur: Combien de boutons y a-t-il dans un avion de chasse? Environ 1700 boutons sont dans un avion standard. Cela dépend honnêtement de quel avion il s'agit. Partager sur: Combien de jets de combat aux États-Unis? environ 2 500 avions de combat opérationnels, y compris ceux utilisés dans le rôle de chasseur / bombardier. Partager sur: Combien y a-t-il de chasseurs à réaction en Chine? plus de 2500 avions de combat Partager: Combien y a-t-il de chasseurs en Chine? environ 3000. Partager sur: Combien y a-t-il de types d'avions de combat? il y a plus de 250 types différents d'avions de combat. Partager sur: Combien d'avions de combat l'Iran possède-t-il? 10 Sukhoi Su-25 russes connus (dont 7 ont été «empruntés» d'Irak lorsqu'ils se sont échappés du conflit irakien - ne seront jamais renvoyés!) Share to: Les missiles peuvent-ils abattre des avions de combat militaires? Non, seulement s'ils ont une chance. . Ils le peuvent certainement! . Le Sidewinder est un missile air-air à la recherche de chaleur spécifiquement conçu pour faire voler le tuyau d'échappement d'un moteur à réaction, puis exploser à l'intérieur du moteur, le détruisant complètement. Si le combattant a 2 moteurs, le shrapnel du premier provoque souvent une défaillance du second. . Il existe également de nombreux missiles guidés air-air. . Il existe de nombreux missiles antiaériens de surface à air. . Les divers missiles antiaériens air-sol Nike des années 1960 avec des têtes conventionnelles ou nucléaires ont été conçus pour abattre à la fois les bombardiers de haute altitude et les chasseurs. Combien y a-t-il d'avions de combat en Amérique? Environ 5600 avions, dont 2100 étaient des combattants. Partager sur: Qu'est-ce qui maintient les missiles sur un avion de chasse? Lancement des assemblages de rails. Partager sur: Répondu dans les forces armées britanniques (Militaire britannique) Combien de chasseurs la RAF possède-t-elle? Raf: 500 000 avions de combat et 500 000 bombardiers Partager sur: Répondu dans les avions et les avions Combien d'avions de chasse le Royaume-Uni possède-t-il? Au début de 2013, le Royaume-Uni a environ 100 Eurofighter Typhoons. Partager sur: Répondu en Iran Combien d'avions de combat l'Iran possède-t-il? Attaque F-4D / E, Su-24MK, F-5E / F, Saeqeh. Guerre électronique . RC-130, B707 Elint. Combattant F-14A, Mig-29A / UB, Mirage F1, F-7M. Hélicoptère . CH-47, AB-206, AB-214, A… S-61. Patrouille P-3F. Reconnaissance. RF-4E. Formateur F-5A / B / Simorgh, PC-7, F33C, Fajr-3, FT-7. Transport . C-130, IL-76, F27, B 747, B 707, Falcon 20, Falcon 50, JetStar, Y-12, PC-6, Socata TB. L'Armée de l'air de la République islamique d'Iran dispose actuellement de 297 avions de combat d'attaque . Ils avaient commandé environ 500 autres dans la production des dernières technologies. avions de combat ... Répondu dans Divers Combien d'avions de combat sa? 2 et ceux d'un hélicoptère. Au total, l'Aviation royale canadienne dispose de 77 avions de combat en service inactif, plus 16 avions d'entraînement à la chasse. Les chasseurs sont tous des McDonnell Douglas CF-18 Hornet, tandis que les avions de formation sont tous des BAE Systems Hawks. Davantage d'information sur ce vol en avion de chasse en suivant le lien.

Posté par cpolitique à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

La redéfinition de l’entreprise

La redéfinition de l’entreprise est une opportunité pour la France dans la recherche d’une compétitivité retrouvée et d’un modèle hexagonal et européen de développement. Cela n’a pas échappé à France Stratégie, qui mettait en avant cette proposition dans son rapport « Quelle France dans dix ans ? » : « Ne nous leurrons pas : nous n’atteindrons ni les taux de croissance de la Chine, ni l’inventivité scientifique et technique des États-Unis, ni la puissance industrielle de l’Allemagne, ni l’équilibre social ou la qualité environnementale des pays scandinaves, ni la sécurité de la Suisse. Mais nous pouvons décider de combiner chacune de ces performances et devenir l’un des pays qui sache le mieux mettre la croissance au service du bien-être de ses citoyens ou, pour le dire autrement, l’un des pays qui équilibre le mieux impératifs économiques, exigences environnementales et priorités sociales. » Un américain, Steven Hill, spécialiste des politiques publiques et de l’avenir du travail (ex. directeur du programme de réforme politique de la New American Foundation), va dans le même sens : « Le modèle de gouvernance dans lequel les salariés ont leur mot à dire dans les décisions stratégiques est un facteur de différenciation de l’Europe par rapport aux États-Unis et ce modèle est réputé donner à la première un avantage compétitif en termes de performance économique et financière. » Reste à en convaincre les Européens ! L’enjeu est donc d’évoluer progressivement en France vers le modèle de l’entreprise contributive mais aussi de le porter au sein de l’Union européenne comme partie constitutive du modèle de développement européen, en ligne avec les objectifs de compatibilité entre modèle économique et modèle social et dans le contexte de la mise en œuvre de la stratégie Europe 2020. Comme le suggère une tribune signée par quatre-vingtonze universitaires, dirigeants d’entreprise, syndicalistes et personnalités politiques internationales, publiée par Le Monde et appelant au renforcement de la présence des salariés dans la gouvernance des entreprises, « l’extension de la codétermination en Europe, et notamment en Europe du Sud, pourrait participer d’un projet faisant renaître l’Europe sociale de ses cendres, en introduisant progressivement et pragmatiquement le travail et l’emploi dans l’horizon de gestion de l’euro ».

Posté par cpolitique à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2018

Le grand Icare

Prendre les commandes d'un avion quand on n'a pas mieux que des rudiments ? Oui, c'est parfaitement concevable. La preuve, c'est même ce que j'ai fait la semaine dernière. :) Ce n'était bien sûr pas un gros Airbus (peut-être pour la prochaine fois ?) mais un appareil plus accessible : un Robin. Et je crois que c'est déjà pas mal pour un galop d'essai. J'ai fait cette expérience originale à Bondues, aux côtés de Raphaël, un pilote de ligne depuis 15 ans. Avant de me jeter à l'eau, je pensais naïvement qu'une telle expérience était trop difficile. Une faute peut-être due à de mauvaises expériences sur simulateurs de vol pc. Mais en fait, piloter un petit appareil est vraiment accessible au dernier des hommes. Les 2 moments les plus angoissants restent évidemment le décollage et l’atterrissage, mais une fois en vol, et tant que ne vient pas le moment d'atterrir,, c'est un instant d'exaltation inégalable. Et le décollage n'est pas aussi terrifiant qu'on peut le croire, en fait. Comparativement à un décollage de gros appareil, on peut même dire que ça se fait plus tranquillement. Et quand l'avion a retrouvé son assiette, on en prend plein la vue. Le cockpit panoramique offre une vue tout simplement unique sur les champs. Pour ma part, cependant, ce qu'il y a de plus fascinant dans cette aventure, c'est le pilotage en lui-même. L'utilisation des commandes est très agréable. D’abord parce que de spectateur on devient enfin acteur, et ensuite parce que cette sensation est en soi excitante. On ressent le vent qui ballotte l'avion, à tel point qu'on a l'impression de lutter contre le vent chaque fois qu'on incline l'avion. Ca ne paraît pas grand-chose, dit comme ça, mais c’est quelque chose d'intense. Ce baptême a d'ailleurs été plus physique que ce qu'on m'avait laissé entendre. Lorsqu'on en est à son premier essai, il faut dire qu'on ne sait vraiment pas à quoi le regard doit aller : aux instruments de vol ou à l'horizon ? Sacré dilemme. Et il faut tout de même le manche à balai (même si ce dernier est manœuvrable, il demande aussi une certaine force). Au final, j'ai beaucoup apprécié ce stage, que je vous invite à vivre si vous en avez la possibilité. ?oilà la page qui m'a été bien utile pour ce vol à Bondues. Plus d'information est disponible sur le site de l'agence de voyage de pilotage avion à Aix en Provence. Suivez le lien.

Posté par cpolitique à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2018

La mémoire du génocide comme enjeu émergent dans la lutte contre l’antitziganisme

L’année dernière, en analysant les données de janvier et octobre 2016, on voyait que de moins en moins de personnes considéraient les Tziganes, les Roms et les gens du voyage comme les groupes les plus discriminés en France. Elles étaient 19 % en 2013, contre 2,3% en 2016 (score identique en janvier et en octobre). C’est la raison pour laquelle on a reposé cette question en novembre 2017. Mais 2017 a coïncidé avec d’importantes mobilisations politiques et associatives visant à mieux reconnaître et conserver la mémoire de l’extermination des différents groupes tziganes pendant la deuxième guerre mondiale. On a donc voulu vérifier si le rapport de la société française à l’extermination des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale avait changé. La part de répondants estimant qu’on ne parle «pas assez » de l’extermination des Roms pendant la Seconde Guerre mondiale était montée de 35% en 2013 à 40% en 2014, avant de retomber à 19% en octobre 2016. En novembre 2017, presque 58% des répondants au sondage CNCDH estiment qu’on ne «parle pas assez de l’extermination des Tziganes et des Roms pendant la seconde guerre mondiale». Cette opinion est plus forte chez ceux qui ont un ou plusieurs parents étrangers ou d’origine étrangère (66% contre 55% dans le cas inverse) et diminue de manière linéaire à mesure que l’âge augmente. On remarque également que 10% des 60 ans et plus, considèrent à l’inverse qu’on en parle « trop». Le niveau de diplôme entraîne les différences les plus significatives : seulement 51% des personnes n’ayant pas de diplôme ou un diplôme inferieur au bac ont le sentiment qu’on ne parle pas assez de l’extermination des Roms, contre 62% de ceux ayant obtenu le bac ou un diplôme équivalent, et 73% des diplômés Bac +3 ou plus. La croissance spectaculaire de cette opinion au cours de l’année 2017 témoigne de l’importance des campagnes et des mobilisations pour la reconnaissance des Roms, ainsi que de la lutte contre les stéréotypes qui les stigmatisent. De nombreuses voix, en Europe et en France, demandent désormais la création d’une fondation pour la mémoire du génocide contre les Roms, jusqu’ici presque ignorée dans le discours public et les manuels scolaires d’histoire. Les appels d’intellectuels, d’élus et de militants européens à promouvoir la recherche historique, le recueil de témoignages, et la constitution d’archives se multiplient. Des mobilisations se développent également pour construire ou revendiquer un travail mémoriel fondé sur la construction de mémoriaux, l’organisation d’expositions et de commémorations. La révision des programmes scolaires et la formation d’enseignants font partie de cet effort, notamment grâce au réseau Canopé. Ces mobilisations vont de pair avec les initiatives prises par des associations pour lutter contre l’idée que les Roms auraient une « culture déficiente», et besoin de soutiens spéciaux ou de mesures extérieures au cadre du droit commun, mais aussi pour dénoncer les difficultés, en 2017, à faire accepter les enfants dits Roms dans certaines écoles primaires et dans certains collèges.

Posté par cpolitique à 17:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]